Ça parle chiffons…



Le matos (dans une boîte à cirage cyrillus, reconvertie pour l'occasion)

Le matos (dans une boîte à cirage cyrillus, reconvertie pour l’occasion)

 

Je crois que j’ai toujours vu ma mère en train de coudre.. C’était surtout par phases, mais il y a toujours eu des mois entiers où la machine trônait dans le salon et où le sol était recouvert de tissu, de patrons, d’épingles, etc.

 

Moi je commence tout juste. J’en ai envie depuis un moment déjà (je me suis fait offrir ma machine à coudre pour Noël il y a déjà 6 ans je crois) mais jamais trop su par quel bout prendre la question, jamais la place de m’installer vraiment (oui, parce que si tu dois ranger ton barda après chaque couture, franchement tu finis par plus la sortir ta machine..), l’impression de ne pas avoir trop d’idées, etc. Bref, j’ai toujours repoussé ça aux calendes grecques.

 

Et puis on a quitté Paris et on s’est installé dans une petite maison, donc toute la place nécessaire pour laisser en plan mon attirail le soir… voire plusieurs jours de suite quand c’est la course (non ça n’arrive pas si souvent que ça). Et puis la chance de travailler à mi-temps aussi.

Bref, je me suis lancée. J’ai tanné ma mère pour les « bases » et puis après je me suis lancée avec les tutos qui abondent sur internet. Parce que c’est super d’avoir quelqu’un dans ton entourage qui maîtrise la couture mais en fait tu vas toujours t’entendre dire à la moindre question: « non mais attends, ne vas pas trop vite, il faut d’abord commencer par savoir maîtriser telle et telle technique « . C’est comme quand tu commences le piano, tu veux juste pouvoir jouer Lettre à Elise ou la Marche turque, mais non t’es obligée de faire des heures de solfège d’abord.
En couture pareil, moi je voulais pas franchement faire dix fermetures à glissière sur du tissu pourri avant de me lancer dans quelque chose de concret. Et puis au final j’apprends pas mal en me plantant!

Bref, avec internet, je vais à mon rythme.  J’ai donc acheté un patron niveau débutant (en l’occurrence le confortable de Marisa) et je me suis lancée… et, pour tout dire, je suis plutôt contente de moi 🙂
Mon premier "confortable"... ok, il est pas vraiment fini mais je n'arrive pas à me décider sur le choix du biais..

Mon premier « confortable »… ok, il est pas vraiment fini mais je n’arrive pas à me décider sur le choix du biais..

Bon, comme j’y vais beaucoup au feeling c’est pas toujours une affaire très rentable ma méthode.
Mais, pour limiter la casse et se faire la main, le bon truc c’est d’acheter des chutes (il y a toujours un bac dans les boutiques avec des chutes de tissu bradées, ou vendues au poids). Ca permet de prendre des matières plus difficiles à travailler (comme le jersey, la soie ou un tissu à carreaux) sans pour autant avoir l’impression de ne pas avoir droit à l’erreur.
La razzia du jour!

La razzia du jour!

Les chutes qui vont me permettre de me faire la main en douceur :)

Les chutes qui vont me permettre de me faire la main en douceur

Et aujourd’hui justement j’ai fait un plein de tissus pendant ma pause dèj – dont 2 chutes que je pense utiliser pour des jupes odéon ou des mini blouses Marthe pour ma fille (ce sera mes premières fronces donc, disons que ça m’embête moins si c’est elle qui les porte en cas de loupé!).